Les métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat

de Robert Castel
samedi 3 juillet 2010
par  Ludovic

"Il a fallu des siècles de de sacrifices, de souffrances et d’exercice de la contrainte pour fixer le travailleur à la tâche, puis pour l’y maintenir en lui associant un large éventail de protections qui définissent un statut constitutif de l’identité sociale.

Mais c’est au moment même où la "civilisation du travail", issue de ce processus séculaire, paraissait consolidée sous l’hégémonie du salariat et avec la garantie de l’Etat social que l’édifice s’est fissuré, faisant ressurgir la vieille obession populaire d’avoir à vivre"au jour la journée". Désormais, l’avenir est marqué du sceau de l’aléatoire.

La question sociale, aujourd’hui, se pose à partir du foyer de la production et de la distribution des richesses, dans l’entreprise, à travers le règne sans partage du marché - et donc n’est pas, comme on le croit communément, celle de l’exclusion. Elle se traduit par l’érosion des protections et la vulnérabilisation des statuts...

L’onde de choc produite par l’effritement de la société salariale traverse toute la structure sociale et l’ébranle de part en part. Quelles sont alors les ressources mobilisables pour faire face à cette hémorragie et pour sauver les naufragés de la société salariale ?"


Brèves

4 septembre 2016 - Un nouveau canard est arrivé

Le mercredi 9 Mars 2016, près de la place de Clichy est né un nouveau journal, un quotidien sur (...)

4 septembre 2016 - Un nouveau canard est arrivé

Le mercredi 9 Mars 2016, près de la place de Clichy est né un nouveau journal, un quotidien sur (...)

24 août 2016 - Un nouveau canard est arrivé

Le mercredi 9 Mars 2016, près de la place de Clichy est né un nouveau journal, un quotidien sur (...)

19 février 2010 - La Coordination des Intermittents et Précaires doit être relogée

Nous avons besoin de lieux
pour habiter le monde
Signiez La Pétition

14 février 2010 - CHÔMEURS : Pas de fin de droits en 2010

CHÔMEURS : Pas de fin de droits en 2010
Messieurs Sarkozy, Fillon et Darcos
Votre (...)